Découverte-mag n°14

Notre dernier magazine imprimé à consulter ou télécharger !

Les incomparables saveurs des fruits oubliés 

raisin-grappes-soleil-david-kohler
©David Kohler

Notre contributeur Raphaël Colicci continue d’étonner nos innombrables lecteurs par sa formidable œuvre humanitaire au Cap-Vert. Mais ce serait bien sûr aussi ignorer ô combien il œuvre chez lui à Saint-Privat, dans l’Hérault. N’y a-t-il pas fondé un extraordinaire conservatoire d’arbres fruitiers et de végétaux ? Le revoilà donc pour nous parler de fruits oubliés. Continuez à suivre les aventures de ce cultivateur, de chercheur et bien sûr de bienfaiteur hors du commun. La rédaction     

Le raisin de table m’a toujours fasciné. En créant un conservatoire de plusieurs centaines de variétés,  j’ai plaisir à déguster et à partager cette immense palette gustative. Dès le départ, j’ai fait le choix de ne prodiguer aucun traitement, tout comme je procède pour mes conservatoires de fruitiers. J’ai eu au début des attaques de mildiou et d’oïdium, puis les plants se sont adaptés, quelques-uns sont morts. J’ai conduit les sarments assez courts sur fils. Depuis plus de 20 ans, je fais partager cette passion. 

Les anciens m’en parlent comme d’un eldorado. À l’époque toute la région vivait  à l’unisson de la récolte.

Raphäel Colicci
raisin-blanc-miriam-fischer
©Miriam Fischer

Mon souhait a toujours été de relancer cette filière, surtout qu’ici à Clermont-1’Hérault,  la capitale du raisin de table, elle a été florissante et a fait travailler des centaines de personnes.  

Cette filière a remplacé dans les années 1930 l’industrie drapière en crise et a permis à cette région de survivre. Peu à peu, la production  atteignit 30% de la production nationale. Toutes les remises de la ville et des villages aux alentours étaient occupées principalement par des femmes et des enfants qui avec dextérité coupaient, triaient, emballaient des tonnes de raisins. Toute la région vivait à l’unisson de la récolte, les écoles n’ouvraient que le 1er octobre. A la mi-juillet était récolté « la Madelaine », en août « le Chasselas », en septembre « l’Œillade » et fin septembre « le Servant » à la peau épaisse qui pouvait se garder jusqu’à Noël.  

Mais d’où vient ce raisin ? 

raisin-champ-vigne

Les 40 000 tonnes produites s’écoulaient chaque jour, des wagons pleins partaient aux quatre coins de la France. 

Le raisin sauvage existait des millions d’années avant l’apparition de l’homme sur Terre. Nos ancêtres chasseurs- cueilleurs en consommaient déjà et en conservaient le jus dans des jarres de terre. C’est probablement de manière accidentelle qu’ils découvrirent le vin : le jus contenu dans une jarre oubliée aurait fermenté… Environ 11 000 ans avant notre ère, on avait compris l’intérêt de ce fruit et l’on commença à domestiquer la vigne

raisin-femme-chaise-ksu&eli-studio

La sélection de variétés de vignes aux fruits très gros et très sucrés ne se fit pas avant le XIXe siècle.

C’est à cette époque que ce fruit sera sur la table des rois de France et, par la suite, connaîtra une réelle popularité et commencera à se diversifier. 

La production du raisin de table en France n’est pas anodine avec ses 46 000 tonnes. Le problème c’est que nous en consommons plus de 167 000 tonnes et la demande est croissante. 70 % de la production se fait dans le Sud-Est principalement dans le Vaucluse avec l’AOP muscat du Ventoux, 21% dans le Tarn et Garonne avec l’AOP chasselas de Moissac, 9 % sont répartis dans le sud de la France. Cette filière a un énorme potentiel de développement. Quels sont alors les freins ? 

En dehors des zones de l’AOP, on constate un manque de spécialisation de la conduite culturale, et cela depuis la plantation. Ce sont souvent des petits producteurs passionnés exploitant de petites parcelles. Cette dispersion des producteurs, souvent ne permet pas de créer un groupement, les producteurs vont être privés d’ateliers de transformation, d’entrepôts frigorifiques ce qui fragilise la commercialisation. 

Quelles sont les clefs pour dynamiser cette filière dans un marché en pleine croissance ? 

Se regrouper pour créer des pôles de qualités liés à des lieux géographiques identifiés qui serviraient de locomotive à la filière. 

Demander le retour des aides à la plantation, mieux communiquer sur cette filière avec une meilleure lisibilité de l’offre. 

Transmettre les savoir-faire liés à cette culture, préserver les méthodes de cueillette et de conservation des raisins. Enrichir la production en cultivant beaucoup plus de variétés anciennes, en proposant beaucoup plus de choix dans les arômes, proposer des barquettes de la biodiversité avec 5 à 10 cépages différents. En allongeant la saisonnalité des récoltes : des variétés précoces qui trouvent un débouché chez les vacanciers de l’été, aux variétés tardives qui peuvent se conserver jusqu’à Noël. 

L’introduction de cépages résistants rendant la culture en bio plus facile. 

Le raisin de table regorge de bienfaits santé 

raisin-bouche--polina-tankilevitch

Pour ma part, je préconise des cures de raisins locaux pour la santé. Cette cure monodiète est reconnue par l’Académie de médecine depuis 1993. C’est à la fois une cure de détoxification et de reminéralisation de l’organisme, tout en renforçant le système immunitaire. Le raisin est riche en potassium, manganèse, calcium, phosphore, il donne de l’énergie avec son glucose et les vitamines B , A et C.

Sur le plan médicinal, la consommation régulière du raisin de table, grâce à ses puissants polyphénols, va prévenir les maladies cardiovasculaires, améliorer les fonctions cognitives du système nerveux et neutraliser les radicaux libres pour prévenir les maladies dégénératives. 

Tableau non exhaustif des variétés de raisin de table qui ont attiré mon intérêt

Variétés précoces

Perle de Csaba, Précoce de malingre, Prima roi du précoce, Madeleine angevine, Hâtif de Marseille, Cardinal, Ora, Isa, Noah, Chassselas doré, Attiki, Mireille, Pied de perdrix, Palatina, Perlette, Muscat de Hambourg, Reine des vignes, Perdin, Muscat de saumur, Muscat bleu, Centennial… 

Variétés de saison

Exalta, Cinsault, Caria, Corinthe noir, Danlas, Alvina, Danuta, Sulima, Isabelle, Lival, Sultanine, Ribol, Angela, Baco, Fanny, Johanniter, Damaris. 

Variétés tardives

Dattier de Beyrouth, Cornichons blanc, Glacière, Muscat d’Alexandrie, Dattier de St Vallier, Malaga, Zémira. 


Collicci_Fruits-oubliés-couv

Pour en savoir plus sur Raphaël Colicci :

Partagez cet article !
Total
0
Shares
Laisser un commentaire
Précédent
La Mafia du Kariba
babouins-chobe

La Mafia du Kariba

C’est avec une grande satisfaction que nous vous dévoilons ce nouvel

Suivant
TINTIN, L’AVENTURE IMMERSIVE
BEAULIEU_TINTIN_EXPO_Palais-Beulieu_Lausanne

TINTIN, L’AVENTURE IMMERSIVE

Hergé a toujours été visionnaire, car dès 1973, il a dénoncé la pollution sous

Vous pourriez aimer aussi :