Découverte-mag n°14

Notre dernier magazine imprimé à consulter ou télécharger !

Paysages et personnages limousins

Soir orageux dans la lande limousine | Soir orageux en Limousin, Raphaël Gaspéri
Soir orageux dans la lande limousine | Soir orageux en Limousin, Raphaël Gaspéri

C’est le 2e volet du récit de Raphaël Gaspéri, imaginé par notre experte ès arts, Nathalie Gineste. Grâce à elle, nos lecteurs découvrent aussi une région administrative de France moins connue qui regroupe les départements de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne. Les œuvres de ce peintre méritant d’être connu sont empreintes de spiritualité avec des personnages mystérieux dans un paysage inscrit dans la solitude.

La rédaction

Décidément, mes portraits plaisent, car mon dessin “Un kabyle” est parti en salle des ventes l’année suivantes en moins de cinq minutes. Fabuleux ! Et au Salon nation des Champs Elysées, mon fusain, “Bords de la Dordoune” sous Uxellodunum rencontre un fort succès.

En 1903, j’expose au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts(1) mon tableau “La nuit qui vient, étang de Granges” représentant une nappe d’eau de notre paysage du Limousin.

gasperi-peintre-peinture-paysage-etang

Le soleil se couche. Il fait frais. Au loin, j’aperçois un feu qui vient de s’éteindre. Il laisse une légère fumée au-dessus d’une couleur rouge. Cette forme vient en répétition de ce tronc face à moi.

Ces lignes droites m’obsèdent. J’épure sur ma toile ce paysage devant mes yeux. L’étang se résume ainsi à deux lignes perpendiculaires : l’horizon et la solitude de cet arbre dénudé. En reproduction, s’y ajoute le feu qui vient de s’éteindre. Il montrera ainsi le temps écoulé.

Le feu du ciel diminue en même temps que le brasier. Tout est épuration, essentiel, l’essence même. Les tons rouges dominent.

Huile sur toile de Raphaël Gaspéri, 1903 (inv. 50.185.155) © Collection musée Labenche, Ville de Brive ; Cliché Ville de Brive – Brivemag’/S. Marchou

Grâce à Rodin j’expose cette œuvre au Salon en 1903. L’Etat me l’achète pour 1000 francs. Du coup, en 1906 je demande qu’il m’achète mon tableau “Lever de lune en Limousin“. Mais cette fois-ci, ma demande n’a pas été retenue par la Commission des achats.

Sur ma lancée, je continue à exposer au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts en 1911 mon œuvre “Retour de messe basse, plateau des Millevaches, Corrèze” dont le photographe Vizzavona François Antoine (1876-1961) a fait une photographie, plus exactement un négatif monochrome sur support verre(2).

gasperi-peintre-peinture-portrait-femme-neige-chien
Retour de Messe Basse, plateau de Millevaches, huile sur toile de Raphaël Gaspéri, 1911 (inv. 50.185.130), musée de Brive
© Collection musée Labenche, Ville de Brive ; Cliché Ville de Brive – Brivemag’/S. Marchou

Plus tard, cet admirateur en fera aussi un de mon tableau” Le Saint-Viatique, plateau des Millevaches“(3). Tout de même, mes œuvres sont empreintes de spiritualité avec des personnages mystérieux dans un paysage inscrit dans la solitude. On peut se demander ce que font ces personnes et sur quoi nous questionnent-ils ? Ils reflètent l’ambiance que j’ai connu enfant. Dans le silence, on comprend ce qui n’est pas dit… Que nous cachent-ils ?

L’année suivante, je pars en Espagne dans un monastère pour faire une retraite spirituelle. Mais chut ! C’est mon secret. Je tombe en admiration pour le moine Bernadino avec lequel j’ai eu de longues conversations notamment la beauté.

gasperi-cadre-portrait-moine
Le moine Bernadino de Raphaël Gaspéri, Silos Espagne, Portrait/dessin, septembre 1912

Je ne manque pas de faire son portrait. Il est tellement serein et paisible. Il dégage une telle beauté pure. J’aime son visage. Il me fait comprendre l’importance de la famille et notamment ma sœur : Mme Bousquet. Elle reste toujours présente à mes côtés pour me réconforter, car la guerre a pris nos fils. C’est une guerre terrible ! La religion m’apaise.

L’autre jour, j’ai croisé mon ami Rodin.

– Ah ! Mon ami Rodin ! Tu es un des pères de la sculpture moderne à mon goût. Nos discussions sur l’humanisme et l’art réaliste me manquent. J’aime tant ta sculpture modelée par la lutte entre la forme et la lumière. Tu as eu de bons praticiens dans ton atelier comme Antoine Bourdelle ?

Nous nous rappelons son œuvre… Que dis-je son monument Hommage aux morts, aux combattants et serviteur du Tarn et Garonne pour la guerre de 1870-71. C’est un très bon travail et très prometteur. Magistral, même. Nous étions fort étonnés de voir le peintre Eugène Carrière et le couple Besnard (Albert et Charlotte) en extase devant. Carrière avait dit alors : «Lorsqu’on a fait une telle œuvre, il faut se foutre de tout ! Critiques ou non – pour ou contre ».

Des années s’écoulent, je ne quitte plus ma ville natale. Il fait froid. Je viens de recevoir une lettre de mon ami Auguste Rodin qui m’a fait chaud au cœur. Il me présente ses vœux en retour de ceux que j’ai transmis sous mon élogieux titre de conservateur du musée de Brive.(4)

Dans les années 1920-1930, je demande au « père Mathou » de me servir de modèle comme berger, pêcheur ou simple passant. Il exprime le symbole religieux dans mon œuvre. Le berger qui indique le chemin. Ce n’est pas la seule symbolique religieuse que j’utilise. Il y a aussi la croix que l’on rencontre à la croisée des chemins.

On me donne la Légion d’honneur. J’ai en horreur ce ruban rouge, car il représente le sang versé par mon fils et mon neveu au prix de leur vie. Mon ami, le docteur Vialle m’a écrit quelques vers à l’occasion de cette remise de récompense (5). Mais hélas ! Je n’arrive pas à m’en remettre.

Je sens que je pars rejoindre mon père. La maladie est là et me ronge et change mon regard sur la peinture. Je préfère peindre les paysages de bord de mer. Cela me rappelle ce cher Ludo Chauviac à qui je rendais visite à Palavas. C’est lui qui avait raison. Il faut profiter de la vie et arrêter de chercher un idéal…

gasperi-peintre-peinture-paysage-croix-colline

La maladie l’emporta le 29 juillet 1935.

Derniers rayons en Limousin, huile sur toile de Raphaël Gaspéri, 1908 (inv. 50.185.104), musée de Brive © Collection musée Labenche, Ville de Brive ; Cliché Ville de Brive – Brivemag’/S. Marchou

Je tiens à remercier Laudine Michelin, responsable scientifique et technique du musée de Labenche à Brive et commissaire de l’exposition « Raphaël Gaspéri. La beauté comme idéal…


(1) Archives nationales, Base Arcade, cote F/21/4211 dossier 108

(2) Archives nationales, Base Arcade, Fonds photographies, cote cliché 97-026648, Inventaire VZC8515

(3) Archives nationales, Base Arcade, Fonds photographies, cote cliché 97-026649, Inventaire VZC8516

(4) Lettre autographe signée, Meudon, 1er janvier 1916, 2 pages in-8°, à Raphaël Gaspéri. (Auguste Rodin – Lettre autographe signée (L.A.S.) — Shiltonson )

(5) Revue Le Centre, Limoges, 1921-22

Partagez cet article !
Total
0
Shares
Laisser un commentaire
Précédent
Votre minet a-t-il des problèmes oculaires ?
aladin-lunettes-yeux-raoul-droog

Votre minet a-t-il des problèmes oculaires ?

A la rédaction, à force d’entendre parler des articles d’André Mermoud, le

Suivant
Sous le signe de la beauté…
acide-hyaluronqiue-kevin-laminto

Sous le signe de la beauté…

L’acide hyaluronique est une substance naturellement présente dans le

Vous pourriez aimer aussi :