Découverte-mag n°14

Notre dernier magazine imprimé à consulter ou télécharger !

Ma souplesse et mon agilité

Deux chats sur un cheval
© Jean-Marc Tur

Regardez la souplesse et le bel équilibre de mes deux congénères sur ce cheval. C’est notre ami photographe Jean-Marc Turlo, photographe animalier, spécialisé équin, qui a pris ces deux chats sur le vif. Moi je n’aurais jamais osé en faire autant. Bon on rigolerait en songeant que j’aie pu imaginer sauter, tant les gens pensent que je suis trop gros. Soyons francs, j’ai peut-être une très légère surcharge pondérale, parce que je ne peux plus sortir de ma chatière sans tortiller mon popotin. Mais vous seriez stupéfaits de me voir courir et grimper aux arbres ! C’est quasi la preuve que je ne suis pas obèse comme mon copain Félix ci-dessous. A propos, je vous parlerai aussi de l’obésité qui nous guette parfois.

Un chat obèse sur le dos

Chez nous, chats, on définit l’obésité comme une quantité excessive de graisse corporelle, généralement lorsque notre poids excède 20 % ou davantage au-dessus de notre poids idéal. Du coup, Félix a malheureusement perdu son agilité. Notre souplesse et notre agilité sont littéralement stupéfiante.

Un chien et un chat sur le dos
Oxo et Moi

Regardez comme mon pote Oxo, le berger Shetland et moi jouons sur le gazon artificiel de la grande terrasse.  Ma colonne vertébrale est d’ailleurs l’élément clé de ma souplesse. Elle compte 53 vertèbres (contre 33 chez mon humain). Mes vertèbres sont reliées par des disques intervertébraux élastiques. Ces disques permettent aux vertèbres de se déplacer facilement et en souplesse. Grâce à cette structure, nous pouvons nous contorsionner, nous tordre et nous lécher tout le pelage avec aisance. Nombreux sont les mammifères qui sont incapables de nous imiter. Maintenant regardez mon ami Léo et son exceptionnelle capacité de détente. 

Chat qui descend d'une barrière

Nos muscles sont longs et puissants. Ils nous offrent une prodigieuse amplitude de mouvement. Nous en avons près de 500 ! Notre queue est pour nous un atout majeur dans notre agilité. Notre queue contribue en effet à notre équilibre en faisant office de contrepoids en vue de stabiliser notre corps. Voilà bien pourquoi vous pouvez voir votre minet déambuler agilement sur une surface très étroite. Nous avons donc la faculté d’effectuer des mouvements rapides et précis. Idem pour grimper aux arbres.

Chat blanc dans un arbre
© Peng Louis

Nos jeunes congénères sont évidemment plus agiles que nous, plus âgés, car ils ont plus d’énergie et de flexibilité. Cependant, nous les plus âgés, pouvons toujours être étonnamment agiles, surtout si nous restons actifs et en bonne santé. N’allez toutefois pas croire que c’est tout. Nous avons aussi une oreille interne tout à fait exceptionnelle qui nous confère alors un sens aiguisé de l’équilibre. C’est aussi grâce à cette oreille interne qu’après un saut ou une chute, nous atterrissons sur nos pattes.

3 petits chatons
Chat roux qui s'étire

En voilà un qui a tout compris.

Et puis n’oubliez pas nos griffes rétractables. Elles nous donnent une adhérence et une traction supplémentaires lorsque nous grimpons ou sautons. Jennifer, ma véto, prétend que les Abyssins et les Bengals sautent le mieux. Ces chats sont évidemment plus actifs et athlétiques que moi le tigré et je n’aurais certainement pas l’audace de vouloir me mesurer à eux. Mais j’ai d’autres qualité, hein ? Notamment celle de vous dire ce que je pense grâce à la télépathie avec mon humain.

Et l’entraînement alors ?

Alain a certainement zappé sur mon entraînement. Parce que c’est vrai que nous pouvons parfaitement être entraînés comme nos loulous pour améliorer notre agilité en parcours d’agilité et avec des jouets interactifs adéquats. Ce type d’entraînement peut nous aider à développer notre masse musculaire et notre coordination tout en nous stimulant mentalement. Mais en voyant comme il lambine pour aller au fitness – si, si, il y va, mais on sent qu’il se force –, je comprends bien qu’il a voulu me ficher une paix royale. Et c’est bien comme ça, va !

L’obésité chez nous les chats

Il est clair qu’une surcharge pondérale – chez nous les chats, comme chez vous les humains – affectera leur agilité. Le surplus de poids exerce une pression sur les articulations, ce qui peut rendre les mouvements plus difficiles et réduire la mobilité du sujet.  Félix, par exemple (voir sa photo plus haut) aura du mal à sauter, à grimper et à se déplacer rapidement. Ses mouvements sont moins fluides et moins précis. Son obésité perturbera à coup sûr son équilibre naturel. Il ne saura plus se stabiliser lorsqu’il voudrait marcher sur des surfaces étroites et alors y renoncera. Du coup, sa queue, qui, normalement est utilisée pour maintenir son équilibre sera moins efficace en raison de son excès de poids. Mes congénères obèses ont tendance à être moins actifs. Ils peuvent préférer dormir plutôt que de jouer ou d’explorer leur environnement. Et alors le manque d’exercice contribue à sa perte d’agilité et à sa perte d’intérêt pour de l’activité physique. Notez toutefois que si vous avez un minet trop gros comme l’est Félix, l’obésité ne s’arrête pas aux problèmes de l’agilité. Le diabète, l’arthrite, l’hypertension artérielle et les maladies cardiaques risquent de surgir. Il est essentiel de surveiller son poids et de lui fournir une alimentation équilibrée. Si vous pensez que votre chat est en surpoids, consultez votre vétérinaire pour élaborer un plan de gestion du poids adapté à ses besoins spécifiques. Moi en tout cas, si d’aventure j’avais des kilos en trop passerai chez Jennifer, ma véto. Mais chic alors, car je l’aime !

Partagez cet article !
Total
0
Shares
Laisser un commentaire
Précédent
Chaque vague est une mélodieuse note de musique 
RoyalClipper_sea-navigation

Chaque vague est une mélodieuse note de musique 

« Naviguer sur le Royal Clipper, c’est s’immerger dans un monde où

Vous pourriez aimer aussi :