Les nouveaux catalogues des diverses marques de voitures vous proposent LA solution. Un véhicule hybride rechargeable. Miroir aux alouettes? La personne au volant échappe-t-elle vraiment à la constante préoccupation de trouver une borne? Surtout libre (ce qui est assez rare) et pas en panne (encore plus fréquent et agaçant comme tout)? Qu’en est-il des promesses écologiques? Que penser des batteries? Que nous cache-t-on au sujet de leur construction? Et là, aussi ma stupéfaction en découvrant que ni constructeurs, ni garagistes, ni spécialistes n’évoquent un sujet pourtant absolument crucial…   

Désolé, mais je n’y irai pas avec le dos de la cuillère

En me lisant, vous allez même me traiter de trouble-fête. Mais j’assume. Et je vous rassure: moi aussi, je suis un automobiliste. 2021 est déjà l’année où les constructeurs automobiles s’en donnent à cœur joie et vous promettent monts et merveilles. Les uns avec des véhicules hybrides, les autres, en proposant un véhicule à moteur électrique. A force de les voir à la télé, nous les connaissons presque toutes ces magnifiques pubs qui véhiculent l’image idéalisée de l’hybride quelle que soit sa vocation (rechargeable ou pas). Ou le silence exceptionnel du puissant carrosse ultramoderne. Mais les infrastructures de recharge suivent-elles vraiment un marché qui connaît une croissance exponentielle? Sorti de son usage hybride ordinaire, ce type de véhicule tient-il encore les performances prônées par le constructeur? Et qu’en est-il des promesses écologiques? Le nouveau coup de folie qui a gagné la plupart des constructeurs automobiles de notre planète, c’est de construire des véhicules mus exclusivement par batteries. Mais alors que penser des batteries ?

Une série de questions cruciales

Il y a d’abord le casse-tête chinois de la borne

Possédant un véhicule hybride rechargeable, croyez-vous vraiment que vous allez échapper à votre préoccupation majeure? A savoir de trouver une borne? Pas sûr! Surtout sous la constante pression d’agir face à l’autonomie résiduelle. Certes, le réseau européen est en construction et au gré des nouvelles bornes, la situation s’améliorera sans l’ombre d’un doute. Premier hic. Selon des statistiques officielles, actuellement, 1 recharge sur 4 présente des défauts. Conséquences? Trouver d’urgence une autre borne. De quoi alimenter non pas la voiture mais une insatisfaction de plus en plus frustrante des usagers.

Quel bonheur de trouver une borne libre et qui fonctionne.
Quel bonheur de trouver une borne libre et qui fonctionne.

Mais que fait-on si, simultanément, le marché de tels véhicules progresse beaucoup plus rapidement que la construction de nouvelles bornes? Il est clair qu’à la longue, on ne pourra pas vendre de plus en plus de tels véhicules sans en adapter en parallèle les infrastructures indispensables.

Une situation de rechange?

L’École polytechnique fédérale de Lausanne a entrepris de tester un concept de station-service capable de recharger les voitures en électricité ou en hydrogène produits sur place et sans émissions de dioxyde de carbone1. L’hydrogène vert serait donc une meilleure solution?

L’autonomie

Les modèles des débuts présentaient une assez faible autonomie. La durée des recharges est plus ou moins longue. L’industrie reconnaît cette faiblesse et c’est en train de changer. A moins de posséder sa borne privée, la recharge pose tout de même quelques problèmes épineux. L’hybride permet de se passer momentanément des batteries et d’utiliser, faute de mieux, la seule ressource thermique

Le miroir aux alouettes?

Utiliser un moteur à essence avec une batterie vide n’est-ce pas à tirer du poids en trop2. Donc infailliblement surconsommer! Autrement dit, polluer! Conséquences? Le véhicule ne tient ni les prétendues performances ni ses promesses écologiques.

Le prix

Au début, le prix de ce type de véhicules était tout de même élevé. Certaines marques en quête de notoriété baissent progressivement le prix de leurs véhicules.  En renonçant au luxe, à la suspension, au confort, etc..

Le bilan carbone

A mon avis assez mitigé. Bien sûr, ce type de véhicules permet de réduire les émissions de CO2.  Mais quel constructeur avouera spontanément que la construction de son véhicule a déjà énormément pollué ? Que ses batteries n’ont guère été produites de manière écologique et qu’elles n’utilisent de loin pas de l’électricité dite verte. Svolt Energy Technology a mis au point une batterie sans cobalt, beaucoup plus performante que celles qu’ils utilisent. Cette compagnie chinoise vient de se fixer en Allemagne et produira entre 300’000 à 500’000 batteries sans or bleu dès 2023. Regardez cette vidéo qui n’existe qu’en allemand ou en anglais.  

Jusqu’à présent, toutes les immenses compagnies mondiales de cobalt arguaient qu’elles n’avaient pas le moyen de contrôler l’origine de l’or bleu extrait de mines qui exploitaient littéralement de très jeunes enfants3. On sait aussi que la Chine produit elle-même très peu de cobalt et a pourtant quasiment le monopole en matière de raffinage de ce minerai. Seulement voilà, la Chine n’a jamais fourni la moindre indication sur la provenance du minerai qu’elle transforme. Cette nouvelle donne en Allemagne serait-elle donc un petit progrès en la matière?

La stupéfaction pour la fin

Regardez ce type de voiture. Elle date de 2020.

Une voiture électrique recharge sa batterie.

Lorsque son propriétaire s’en débarrassera dans 10 ans à 150’000 km, elle ira en Afrique où elle fera encore allégrement 200’000 km de plus, sinon davantage.

Maintenant, prenez une voiture uniquement à batteries. Vous a-t-on dit qu’au bout d’un certain nombre d’années, il vous faudra renouveler vos batteries? Un coût très, très élevé au prix actuel. Qui vous dit que vous jouerez le jeu? Et que, au bout de ces mêmes 10 ans, vous ne préférerez pas investir dans un nouveau véhicule au lieu de mettre de nouvelles batteries dans un modèle de voiture dépassé par la technologie des années 2031. Que deviendront alors les batteries complètement usées? Où iront-elles? Dans votre jardin? Dans votre cave ou votre grenier? Au moins, les automobiles hybrides trouveront usage en Afrique un jour, alors qu’on n’en voudra plus en Europe. C’est à ça qu’il faut penser et réfléchir. Voire inciter les constructeurs et, bien sûr, les gouvernements à agir en conséquence. Si vous ne bougez pas, rien ne sera fait dans cet esprit de responsabilité écologique. Nous devons ça aux générations qui nous succéderont!


1https://zimonews.com/comment-une-voiture-hybride-fonctionne-t-elle/

2En règle générale les batteries pèsent 250 kg.

3https://www.swissinfo.ch/fre/mati%C3%A8res-premi%C3%A8res_le-travail-des-enfants-dans-les-mines-de-cobalt-embarrasse-les-exploitants-suisses/45718332