Vous souvenez-vous de ce que je vous confiais il y a une année? Flute, j’ai le bide qui pendouille! J’en aurais fait une fixation si j’avais été une andouille. Ma foi, j’ai la peau du ventre qui pend et qui ballotte de gauche à droite lorsque je marche. Avec ce bide, on me trouvait obèse. Je possède tout simplement une poche ventrale. Regardez https://www.decouverte-mag.com/pourquoi-les-chats-ont-le-ventre-qui-pend/. Le mystère fut levé. Ouf!
Mais il y en a un autre, de mystère: la toilette! Sur la Toile, vous trouverez des milliers d’adresses de toiletteurs, mais pratiquement rien sur le toilettage que nous, les chats, faisons pourtant tous les jours!

La toilette de chat

Lorsque vous les humains, en faites une, c’est que vous n’avez pas le temps de vous laver. Moi, en revanche, lorsque je fais mon toilettage, j’y consacre tout mon temps. C’est même l’une de mes passions. Si votre minet ne fait pas ou plus de toilettage, c’est qu’il ne va pas bien. Il faudra consulter votre véto. Cela dit, mon toilettage est un véritable rituel. Très important, sinon indispensable pour moi. Cette routine me rassure en quelque sorte, car j’effectue jour après jour les mêmes gestes. J’aime non seulement être propre comme tous les chats, mais surtout le rester. C’est pour moi un excellent moyen de préserver ma santé. Toutes les parties de mon corps, grâce à mon incroyable souplesse, vont y passer. Alain est toujours étonné de me voir assis et relever une patte droite comme un i. De la tête à la queue: rien ne m’échappe, sauf la zone entre les omoplates. Rien ne vous empêche, vous les humains, de nous donner un coup de brosse sur cette zone-là, hein?

Une technique bien rôdée

En général, je débute par ma tête. Je mouille ma patte gauche avec ma langue et la passe sur ma frimousse et derrière mon oreille droite. Je fais la même chose avec l’autre patte et l’autre oreille. A propos d’oreilles, ce que je ne sais pas faire, c’est d’aller dans les pavillons auriculaires. Là, j’ai besoin de mes humains qui contrôlent régulièrement leur état. Comment font les chats sauvages ? Je n’en sais fichtre rien! Faudrait demander à Titine, ma véto. Je nettoie mes membres antérieurs, mes épaules, mon ventre et mes flancs.

Pourquoi les chats ont-ils le ventre qui pend ?
Regardez, je lave même mon ventre qui pendouille

Puisque j’en suis au ventre, je passe ma langue sur mes parties génitales, mes pattes arrière et enfin ma queue.

Vous donnez votre langue au chat?

Oona, la maman d'Aladin le malin.
C’est ma maman, Oona qui m’a appris à me laver dès mon plus tendre âge.

En fait, c’est ma maman qui m’a d’abord léché. En grandissant, j’ai reproduit les mêmes gestes. J’élimine les poussières et les parasites qui s’incrustent occasionnellement dans mes poils et je me débarrasse des poils morts qui parsèment mon pelage. Ma langue me permet de lisser le poil et de délier les nœuds. Lorsque je me lèche, je tire sur mes poils. Je libère ainsi une substance naturelle que mes glandes cutanées produisent. C’est un genre de sébum, apte à préserver la beauté et l’imperméabilité de mon pelage que j’ai – il faut bien le dire – long. Le léchage de ce sébum me permet d’ingérer de la vitamine D. Saviez-vous que cette vitamine m’est indispensable pour la santé de ma dentition et de mes os? Ce que peu d’humains savent, c’est que me lécher stimule aussi et comment ma circulation sanguine. Contrairement à vous, je ne transpire pas pour réguler ma température interne. J’halète et j’évapore de l’eau au moyen de ma langue rêche par échange thermique pour me rafraîchir. Grâce à l’humidité de ma salive.

L’hygiène, mais pas que…

Enfin, mon toilettage est pour moi une sorte d’antistress. Je sécrète ainsi des endorphines et cela m’apaise. Vous aurez certainement remarqué que votre minet a tendance à se lécher non seulement lorsqu’il se sent stressé et anxieux mais encore lorsqu’il est contrarié. Alain sait pertinemment qu’il ne faut surtout pas me déranger dans ces moments-là. Je ne supporte pas qu’on me touche. Relisez ce que je vous ai confié: https://www.decouverte-mag.com/jaime-les-caresses-mais-pas-nimporte-comment/