Après la visite de Kim Wilde, Michel Sardou, Ricci e Poveri, Pierre Bachelet, Jean Schultheis et Richard Sanderson dans notre chronique (je vous avais prévenu que la sélection était TRÈS éclectique!), nous reprenons la voie cosmique dans notre machine à remonter le temps. Le compteur est resté bloqué à l’été 1981, donc pas de turbulences en vue.
Détendez-vous, fermez les yeux et laissez-vous bercer par ces trois nouveaux tubes qui ont illuminé le début d’une décennie incroyable et qui restent, pour beaucoup, la bande-son d’un été magique qu’on aimerait tant revivre.

Bette Davis eyes – Kim Carnes

Bette Davis eyes est sans conteste LE TUBE DE L’ÉTÉ 1981. Écoulé à plus de 1 000 000 exemplaires dans l’hexagone, le 45 tours de Kim Carnes tourne sur tous les mange-disques! La version originale du titre composé par Donna Weiss et Jackie DeShannon paraît en 1975 en toute discrétion. Il faudra attendre 1981 pour que Kim Carnes la reprenne dans un style plus moderne, à grand renfort de synthétiseurs. Le succès est immédiat et… fulgurant!
Bette Davis eyes est, comme vous l’imaginez, un hommage à l’actrice américaine Ruth Elizabeth Davis qui marqua l’âge d’or d’Hollywood sous le nom de Bette Davis. Retrouvez les paroles (et la traduction en français) ici.

L’été 1981 outre-Atlantique
Le 1er août 1981, MTV diffuse Video killed the radio star des Buggles. Un titre évocateur qui signe la naissance de la première chaîne de télévision musicale. Le vidéo clip devient un format incontournable et les avancées techniques en la matière promettent des créations hallucinantes pour les années à venir.

Il suffira d’un signe – Jean Jacques Goldman

Avant de devenir un le chanteur à succès et la personnalité préférée des Français, Jean-Jacques Goldman a fait partie du groupe Taï Phong. Dans les années 70, Taï Phong a connu une certaine notoriété avec le titre Sister Jane dans lequel Jean-Jacques Goldman nous montre l’étendue de ses capacités vocales. Malgré quelques passages télé, Taï Phong ne parvient pas à percer et à l’aube des années 80, Jean-Jacques Goldman se lance dans une carrière solo et sort son premier album éponyme. Il suffira d’un signe sort en single en septembre 1981. Le succès arrivera un peu plus tard (les puristes me le pardonneront) mais Il suffira d’un signe mérite sa place ici, en tant que déclencheur de la carrière prolifique de Jean-Jacques Goldman. Les paroles, écrites au début des années 70, sont un appel à l’insoumission et à la liberté. Un beau message, non?

Fade to grey – Visage

Figure de la musique synth-pop, précurseur de la new wave, Fade to grey sera numéro 1 en Allemagne et en Suisse au printemps 1981 mais fera danser les français tout au long de l’été. Fondé par le chanteur Steve Strange en 1979, le groupe Visage impose avec Fade to grey son appartenance mouvement musical (et vestimentaire) des New Romantics dont Spandau Ballet, Ultravox ou Roxy Music seront les dignes ambassadeurs.
À la même époque, Steve Strange ouvre le Blitz à Soho, un club branché où Duran Duran et un certain Boy George feront leurs débuts scéniques.
Fade to grey est un titre sombre porté par une ligne de basse synthétique et un son de boîte à rythme tellement vintage qu’on en pleurerait presque. Par ailleurs, Fade to grey la particularité d’être bilingue. En effet, chaque couplet est chanté en français puis en anglais. Bon, la traduction de « fade to grey » en « devenir gris » est approximative mais le charme est intact.

L’été 1981 en Espagne
Le 10 septembre 1981, Guernica revient à Madrid. Longtemps exilé aux États-Unis, le tableau représente la population d’une ville du pays basque espagnol bombardée en 1937 pendant la Guerre d’Espagne. Pablo Picasso avait refusé que son oeuvre reste sur le sol espagnol tant que Franco serait au pouvoir.

Chères lectrices, chers lecteurs, vous voici parvenu(e)s à la fin de cette troisième chronique de l’été. J’espère que le voyage vous a plu et que vous trépignez d’impatience à l’idée de se retrouver vendredi prochain avec trois nouveaux titres, trois nouveaux tubes de l’été 1981.

Retrouvez toutes les chroniques Les tubes de l’été 1981 et bien d’autres surprises musicales dans notre rubrique MUSIQUE.

Découvrez ici d’autres articles de Philippe Monnier.